Anesthésie loco-régionale

QU’EST-CE QUE L’ANESTHÉSIE LOCORÉGIONALE ?

L’anesthésie locorégionale permet de n’endormir que la partie du corps sur laquelle se déroulera l’opération. Son principe est de bloquer un ou plusieurs nerfs de cette région en injectant à leur proximité un produit anesthésique local. Le repérage par échographie du site d’injection permet de sécuriser la réalisation de l’anesthésie

La durée de l’effet anesthésiant varie de 2h à 24h en fonction du produit utilisé

Il est possible de prolonger l’insensibilisation plusieurs jours après l’opération en injectant ce produit par un dispositif (cathéter) placé à proximité des nerfs concernés.

La rachianesthésie et l’anesthésie péridurale sont deux formes particulières d’anesthésie locorégionale, où l’anesthésique local est injecté à proximité des nerfs qui sortent de la moelle épinière. Une anesthésie générale peut être associée à une anesthésie locorégionale, soit en raison de particularités anesthésiques recherchées, soit devenir nécessaire en cas d’insuffisance ou d’échec de l’anesthésie loco régionale

L’anesthésie locorégionale est la technique de choix pour certaines chirurgies (ex : chirurgie de la main, chirurgie du pied, césariennes) et vous sera donc présentée préférentiellement par l’anesthésiste lors de la consultation

Nous nous assurons de votre confort pendant l’intervention, vous pouvez apporter des écouteurs si vous souhaitez écouter votre musique pendant l’intervention ou bénéficier d’une légère sédation complémentaire si vous êtes anxieux

 

 

QUELS SONT LES INCONVÉNIENTS ET LES RISQUES PROPRES AUX ANESTHÉSIES LOCORÉGIONALES ?

Toute anesthésie locorégionale peut s’avérer incomplète et nécessiter un complément d’anesthésie, voire une anesthésie générale. Cela justifie les mêmes consignes de jeûne que pour une anesthésie générale.

L’anesthésie péri médullaire (rachianesthésie, anesthésie péridurale) peut nécessiter de renouveler la ponction en cas de difficulté, la pose temporaire d’une sonde urinaire en cas de difficulté à uriner. Des maux de tête peuvent survenir et nécessiter parfois un repos de plusieurs jours et/ou un traitement spécifique. Très rarement, on peut observer une baisse passagère de l’audition ou un trouble de vision. Des douleurs au niveau du point de ponction dans le dos sont également possibles.

Au cours de certaines anesthésies locorégionales du membre supérieur ou du thorax, des complications respiratoires sont possibles.

Toutes les techniques d’anesthésie locorégionale peuvent donner lieu à des complications graves mais rares paralysie et/ou insensibilité plus ou moins étendues, temporaires ou permanentes, accident cardiovasculaire, convulsions, blessure d’un organe proche.

Comme pour les anesthésies générales, des nausées, des vomissements, des démangeaisons, des troubles passagers de la mémoire ou une baisse des facultés de concentration peuvent survenir dans les heures suivant l’anesthésie.

Les complications graves mais rares liées à l’anesthésie générale ou à l’anesthésie locorégionale ne sont pas les mêmes mais, selon les connaissances actuelles de la science, aucune technique ne paraît statistiquement plus risquée que l’autre. Chacune de ces techniques a des avantages et des inconvénients spécifiques. Seul le médecin anesthésiste-réanimateur peut vous présenter les choix qui s’offrent à vous en fonction de votre cas individuel, toujours particulier.