Anesthésie de l’enfant

Un peu plus de 3000 patients de moins de 16 ans sont pris en charge chaque année par notre équipe d’anesthésistes de la polyclinique de Reims-Bezannes. Nous endormons environ 500 patients âgés de 1 à 8 ans par an ; 8 ans étant l’âge en dessous duquel l’anesthésie pédiatrique diffère de l’anesthésie de l’adulte car au-delà de cet âge, les grandes fonctions physiologiques sont comparables à celles de l’adulte.

Par une pratique très régulière, l’ensemble de l’équipe composée de 30 médecins anesthésistes et 25 infirmiers anesthésistes est apte à prendre en charge de façon sécuritaire et sereine un enfant sur le plan anesthésique. Certains membres de l’équipe ont une sur-spécialisation en anesthésie-réanimation pédiatrique par une formation diplômante au sein de grands CHU comme Necker – Enfants malades ou Lille. D’autres sont membres de l’ADARPEF (Association des Anesthésistes Pédiatriques d’Expression Française).

 

Notre équipe prend en charge les nourrissons à partir de l’âge de 1 an et avec un poids minimal de 10 kg. Ces prises en charge sur le plan anesthésique sont diversifiées et permettent de réaliser de nombreux actes chirurgicaux ou examens endoscopiques tels que des fibroscopies oeso-gastriques et des coloscopies.

De par l’existence d’une maternité de niveau 2B avec un service de néonatalogie capable d’accueillir des prématurés nés à partir de 32 semaines d’aménorrhée, l’établissement a la chance d’avoir un pédiatre de garde sur place 24h/24 qui peut nous aider à la prise en charge de votre enfant ou pour tout renseignement complémentaire.

Dès que la chirurgie s’y prête, votre enfant bénéficie d’une anesthésie locorégionale complémentaire de l’anesthésie générale afin qu’il soit le moins douloureux possible à son réveil et que le retour à domicile soit le plus confortable pour lui, comme pour vous.

 

Consultation d’anesthésie pédiatrique

La consultation d’anesthésie est obligatoire au moins 48 heures avant toute chirurgie programmée, non urgente, que ce soit chez l’enfant comme chez l’adulte. La présence d’au moins un des parents ou du tuteur légal est obligatoire.

Cette consultation comporte un interrogatoire sur les antécédents de votre enfant et ses éventuelles allergies, un examen clinique en particulier cardiaque et respiratoire ; de même le médecin anesthésiste voudra potentiellement regarder le carnet de santé.

Toute maladie fréquente de l’enfant telle que bronchite, bronchiolite, rhinopharyngite ou varicelle doit être signalée car elle peut nécessiter le report de l’intervention pour la sécurité et le confort de votre enfant ou une adaptation de notre anesthésie.

La consultation sert avant tout à faire le point sur l’état de santé de votre enfant mais également à rassurer enfant et parents. L’anesthésie de l’enfant est une pratique très sécuritaire à condition qu’elle soit réalisée par des équipes entrainées, ce qui est notre cas et que vous respectiez en tant que parents quelques consignes de sécurité importantes telles que le respect du jeûne. Vous recevrez en tant que parents une information claire et loyale sur l’anesthésie de votre enfant et les techniques mises en œuvre pour l’endormir, de même que votre enfant aura une information adaptée à son âge (souffler dans le masque, pas de piqûre, pas de « bobo », petit « dodo »…). Plus l’enfant est informé de façon claire, simple et adaptée, moins il appréhendera les soins, et plus l’expérience sera sereine pour lui, comme pour vous.

On vous remettra l’autorisation d’opérer et d’endormir votre enfant qui devra être signée par les deux parents ou les détenteurs de l’autorité parentale pour le jour de l’opération.

 

Le jour J

La majorité des interventions se déroulant en chirurgie ambulatoire, votre enfant sera hospitalisé dans l’unité de chirurgie ambulatoire, ou si besoin en service d’hospitalisation traditionnelle si la chirurgie nécessite une surveillance en établissement de soins. La présence parentale est plus que vivement  conseillée durant l’hospitalisation de votre enfant, y compris la nuit.

Une consigne de sécurité doit scrupuleusement être respectée avant d’aller au bloc opératoire, il s’agit du jeûne. Ce jeûne est de 6 heures pour les aliments, le lait artificiel et le lait de vache, 3 heures pour le lait maternel et 2 heures pour les liquides clairs (eau, sirop, jus de fruit sans pulpe).

Une prémédication à visée anxiolytique est parfois prescrite selon le degré d’anxiété de votre enfant. Cette prémédication peut réduire son appréhension du monde inconnu du bloc opératoire mais elle peut aussi faciliter la séparation parents-enfant au moment du départ pour le bloc opératoire.

Nous nous efforçons à ce que l’attente entre l’arrivée à la clinique et le départ au bloc opératoire soit la plus courte possible. Lorsque votre enfant part au bloc opératoire, il est endormi immédiatement.

N’oubliez pas le meilleur ami de votre enfant, le célèbre « doudou » qui est le bienvenu au bloc opératoire, après un minimum de toilette évidement… Doudou contribuera à rassurer votre enfant.

A l’intérieur de la salle d’opération, du matériel dédié et adapté aux enfants est présent : matériel de surveillance cardio-respiratoire, matériel d’anesthésie (masques de toutes tailles, appareils de respiration, perfusions, réchauffement…). Tout le matériel d’anesthésie pédiatrique est vérifié quotidiennement chaque matin avant que le premier enfant ne pénètre à l’intérieur du bloc.

L’endormissement de l’enfant, appelé induction, se fait généralement par masque avec inhalation d’un gaz anesthésique et parfois en intra-veineux après la pose d’une perfusion comme chez l’adulte surtout chez le grand enfant et l’adolescent.

Votre enfant est réveillé en présence du médecin anesthésiste et est surveillé en salle de réveil le temps qu’il se réveille bien et que l’on s’assure qu’il n’ait pas de douleur. Dès que l’enfant est sortant de salle de réveil, il vous rejoint dans sa chambre, où bien sûr, cette fois ci, il pourra boire puis manger.

 

Douleur post opératoire

La prise en charge de la douleur est une de nos priorités dans le soin de l’enfant. Les enfants ne sortiront de salle de réveil que lorsqu’ils seront complètement soulagés.

La douleur est évaluée à de multiples reprises depuis son réveil jusqu’à la sortie de la clinique. Cette évaluation se fait par des scores validés adaptés à l’âge de l’enfant et à sa capacité ou non de verbaliser sa douleur (échelle adaptée aux nourrissons par exemple).

De même, nous réalisons quand cela est possible des anesthésies locales et locorégionales de longue durée d’action en plus de l’anesthésie générale afin de permettre que la zone opérée et la cicatrice soient encore endormies quand l’enfant se réveille.

Des médicaments contre les nausées sont systématiquement administrés dans la perfusion pendant que votre enfant dort afin qu’à son réveil, il ne présente pas cet effet indésirable non grave mais très désagréable.